12 décembre 2010

Mystic Dreamer Project

Retable_de_l_Agneau_mystiqueCher Lecteur bizarroïde,

Aujourd'hui, j'ai envie de te faire part d'une expérience incroyable que j'ai vécue il y a fort longtemps, quand j'étais jeune, aux alentours de la naissance de Titcheur bien-aimée. 

En ces temps reculés, je baignais dans l'harmonie, la joie et le bonheur sans mélange. Avec celui qui allait devenir son Pôpa chéri, la vie était magnifique et drôle : tout était une première fois, tout était neuf. Bref, c'était l'bon temps et peut-être cette époque bienheureuse fut-elle le déclencheur d'une expérience curieuse mais ô combien exaltante, le mot est faible.

La première fois, c'était une fin de matinée, ou peut-être dans l'après-midi, on s'en tape. Je venais de me jeter sur mon paddock et rêvassais en regardant le plafond. Rien d'exceptionnel comme contexte, tu l'admettras volontiers, lecteur difficile. Et tout d'un coup, c'est venu. La sensation est arrivée, sans que rien l'annonce. Mais de quoi donc elle cause, piaffes-tu, lecteur pressé ? 

Je ne sais comment qualifier cet état, ou cette pensée, ou cette sensation. Pour te dire à quel point la chose fut troublante.

Ce fut un genre de révélation. Rien moins. En un instant, j'eus la certitude de tout comprendre et de pouvoir répondre aux questions qui te hantent - si, au moins une fois dans ta vie, lecteur animé- pourquoi sommes-nous là, où allons-nous, qui est à l'origine de ce bordel monde, quand est-ce qu'on mange ? Enfin, la "the" question métaphysique à laquelle toutes les philosophies et religions n'ont répondu qu'avec les résultats mitigés qu'on connaît.

J'eus soudain la certitude de connaître le dessous des cartes, la raison des choses, le pourquoi du comment, et du coup, je me trouvais dans un état de sérénité parfaite, éprouvant dans mes fibres et linéaments les plus secrets, ce que l'on est en droit d'appeler, sinon une extase, du moins une sorte de joie d'une intensité et d'une pureté incomparables. Rien que ça, lecteur terre à terre !

Un état que j'eusse aimé voir durer davantage que les quelques malheureuses secondes accordées ! Et surtout, lecteur incrédule, ce qui fut par-dessus tout frustrant, c'est d'avoir cette certitude de détenir la connaissance des choses cachées, et en même temps, d'être incapable de la définir, sa quintessence se dérobant au moment où j'étais sur le point de la formuler !

Mais quel état de paix absolue et de confiance totale ! Les mots me manquent cruellement pour décrire une expérience qui ne s'est renouvelée que deux autres fois dans ma vie pourtant longue de mystique à poil dur.

Oh tu peux te gausser, lecteur aveugle et sourd à l'invisible, je suis certaine que tu as expérimenté au moins une fois quelque chose de similaire. 

Raconte, s'il te plaît, ou tais-toi à jamais. Nan, je rigole. Tu sais que tu peux t'exprimer librement au fil de ces billets plus fumeux les uns que les autres. Alors, vas-y, accouche !

C'était Soeur Toidela, en direct des Allumées Anonymes.

PS : le corps médical pense que ce genre d'expérience tiendrait à l'agitation neuronale en plein boum chez le sujet jeune. Cette explication tend à prouver que l'être humain porte en lui le principe même de cette "révélation", inscrite au plus profond des méandres cérébraux qui le laissent émerger  jusqu'à la conscience, quelquefois.

Illustration : L'Adoration de l'Agneau Mystique, polyptique achevé vers 1432 par Jan Van Eyck, cathédrale Saint Bavon, Gand (Belgique).

NB : Je suis au milieu en haut (oui, le monsieur avec une barbe). Et le premier qui dit que j'ai vu la Vierge est damné pendant 3 jours.

 

Posté par QueenMom à 10:52 - - Commentaires [12] - Permalien [#]


Commentaires sur Mystic Dreamer Project

    mais c'est très bien d'avoir ressenti cet état et par rapport aux coinçés du karma ça t'économise le prix d'un billet d'avion aller ( parceque le retour c'est pas sûr!) pour le Tibet avec ascens ion d'un 4 000 pour atteindre un monastère un peu isolé ( c'est pas la Mouffe là-bas!)et découvrir ou pas la même chose que sur ton plumard parisien ou bourguignon!

    Posté par eliza, 12 décembre 2010 à 15:17 | | Répondre
  • c'est vrai que ça fait moins hype à Strasbourg qu'au Tibet, ce genre de trip ! Oué, cause qu'avant Paname, et après la Bourgogne, je fûtes en Alsace.

    Posté par QUEEN MOM, 12 décembre 2010 à 15:29 | | Répondre
  • Mieux qu'Einstein

    Ben, fallait noter l'équation originelle ! (et la déposer pour toucher les royaties)

    Posté par Sylvie, 12 décembre 2010 à 17:28 | | Répondre
  • tu zapes la "Yaute" alors !!!

    Posté par eliza, 12 décembre 2010 à 19:41 | | Répondre
  • Dois-je conclure de mon absence d'épiphanie, même pour quelques secondes que mes neurones sont du genre à préférer larver que s'agiter?
    Je m'interroge...

    Posté par Nine, 12 décembre 2010 à 20:14 | | Répondre
  • Ne me dites pas que ça ne vous est jamais arrivé, ce truc ??? Là, c'est moi qui m'interroge, Nine...

    Posté par QUEEN MOM, 12 décembre 2010 à 20:45 | | Répondre
  • @Sylvie : mais j'ai pas pu, c'est ça le truc. C'était évident tout en étant impossible à formuler. Je ne m'en suis pas remise.

    @eliza : ça veut dire quoi ce que tu as écrit ?

    Posté par QUEEN MOM, 12 décembre 2010 à 21:02 | | Répondre
  • ça voulait juste dire que t'as vécu aussi en Haute-Savoie mais là n'est pas le propos! j'ai moi aussi vécu ce que tu décrit mais en pas pareil à savoir que je ressens très souvent le faitd'être parfaitement bien juste là à l'instant présent en osmose totale avec tout, moi et l'univers et ça me procure cette sensation de plénitude que tu as du ressentir, mais bon c'est peut-être réservé aux êtres supérieurs que nous sommes !!

    Posté par eliza, 12 décembre 2010 à 23:56 | | Répondre
  • En fait, je me suis trompée sur ce que je dis en PS. L'avis médical ne concerne pas cette certitude de tout comprendre que j'ai ressentie mais la sensation - qui n'a rien à voir !- d'avoir déjà vécu la même scène. Ca m'est revenu tout à l'heure (mes neurones sont aujourd'hui sérieusement fatigués !!) Du coup, ce que je décris me paraît encore plus étrange.

    Posté par QUEEN MOM, 13 décembre 2010 à 00:23 | | Répondre
  • C'est la quoi la marque de ce que tu fumes?
    Nan sérieux, ça m'est arrivé aussi une fois, de me réveiller avec la certitude d'avoir tout compris sur tout; Et puis le truc t'échappe, jusqu'à ne laisser qu'un sentiment de frustration intense.

    Posté par Titcheur, 13 décembre 2010 à 08:24 | | Répondre
  • Ben vrai !

    Ya pas que le 8 décembre à Lyon que les illuminés font dans le fumeux ... ! Pfffffffff j'me sauve je suis pas un gros malabar de taxi moi ...

    Posté par breucq, 13 décembre 2010 à 20:45 | | Répondre
  • Oh ça va, hein, Marie ! Si tu crois que c'est facile tous les jours d'être dingo.

    Posté par QUEEN MOM, 14 décembre 2010 à 14:09 | | Répondre
Nouveau commentaire